Thèse OT-22073

THESE - Plasticité phénotypique, où comment les microARNs régulent le succès reproducteur chez les poissons

35000 Rennes

Retour à la liste des résultats

Présentation INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 272 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

La plasticité phénotypique peut être définie comme la capacité d’un même génotype/individu à exprimer différents phénotypes dans des contextes ou environnements différents. A cet égard, les microARNs (miARNs), qui sont des petits ARN non codants capables de réguler l’expression des gènes au niveau post-transcriptionnels sont des acteurs clés de la plasticité phénotypique. En théorie les miARNs peuvent réguler des centaines, voire des milliers de gènes. Pourtant, il n’existe que quelques exemples avérés d’identification de cibles phénotypiques (cibles dont la suppression de la fixation du miARN reproduit le phénotype obtenu en invalidant le miARN) in vivo. De fait, l’identification de novo de cibles fonctionnelles des miARNs est un enjeu majeur pour comprendre les bases de la plasticité phénotypique. Notre hypothèse de travail globale sera que les miARNs impliqués dans la plasticité phénotypique agiraient via un nombre limité de cibles. Forts de résultats préliminaires encourageants, nous nous proposons d’identifier de façon systématique les cibles fonctionnelles de miR-202, un miARN spécifique des gonades dont l’invalidation conduit à des phénotypes de reproduction mâles et femelles majeurs, grâce à 2 modèles KO chez des espèces modèles éloignées phylogénétiquement. Ces travaux feront appel une approche novatrice incluant la prise en compte de la variabilité de l’expression des cibles potentielles et son importance au regard de l’amplitude de la répression post-transcriptionnelle par le miARN, ainsi que la conservation de l’interaction miARN/ARNm au cours de l’évolution. Les attendus du projet sont la compréhension de la régulation des phénotypes de reproduction par miR-202 chez les poissons et son évolution en fonction des espèces et de leurs spécificités de reproduction.

Formations et compétences recherchées

Master/Ingénieur (Bac+5)

Des compétences en biologie cellulaire et moléculaires sont requises. Une expérience en analyses de données de génomique (ex RNA-seq) serait un plus. Un intérêt pour la reproduction animale et l’évolution serait apprécié.

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez (selon le type de contrat et sa durée) :

-  jusqu'à 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
- d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formation, conseil en orientation professionnelle ;
- d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
- de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
- d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Modalités pour postuler

Candidature sur le site de l’Ecole doctorale : https://amethis.doctorat-bretagneloire.fr/amethis-client/prd/consulter/offre/489

fiche-sujet-VF-1.pdfpdf - 138.52 KB

Référence de l'offre

  • Contrat : Thèse
  • Durée : 3 ans
  • Début du contrat : 01/10/2024
  • Rémunération : 2100 euros brut
  • N° de l'offre : OT-22073
  • Date limite : 30/08/2024

Contact

Venir en France Notre guide des accueils internationaux

Consulter