Thèse OT-21993

THESE - Reconsidérer la modélisation des dommages sur la qualité des écosystèmes en Analyse du Cycle de Vie (ACV)

34000 Montpellier

Retour à la liste des résultats

Présentation INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 272 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

Vous serez accueilli.e au sein de l’unité de recherche ITAP (unité commune INRAE - Institut Agro, Montpellier), dans les locaux de l’Institut Agro de Montpellier, sur le campus de la Gaillarde (10 minutes en vélo du centre-ville et de la gare), avec une possibilité de télétravail jusqu’à 3 jours par semaine.
La thèse sera encadrée par Arnaud Hélias et Eléonore Loiseau (UMR ITAP, INRAE). Cette thèse s’inscrit dans le projet LCA-TASE du programme PEPR TASE2 (Technologies avancées des systèmes énergétiques) regroupant différents partenaires (INRAE, BRGM, IFP Energies nouvelles, Mines ParisTech, ENSAM, CEA, CNRS, INP Bordeaux).

Vous souhaitez contribuer à relever les défis posés par la transition écologique et la préservation de la biodiversité ? Vous avez un goût prononcé pour la science, la production de connaissances, la recherche d’alternatives durables à nos modes de vie, et la volonté d’en tirer du sens pour la prise de décision éclairée ? Cette offre est pour vous !
Les activités humaines sont la source de nombreuses atteintes à l’environnement. L’érosion de la biodiversité actuellement observée est ainsi le résultat de multiples pressions qui sont regroupées à travers cinq grands drivers par l’IPBES1. Quantifier les causes et évaluer leur importance respective est indispensable pour pouvoir agir. L’Analyse du Cycle de Vie (ACV) est la méthode normalisée et internationalement reconnue pour quantifier ces impacts environnementaux. Ces impacts sont évalués selon des chaînes de causalité, reliant un flux environnemental (une émission de substances polluantes ou une consommation de ressources naturelles), à des changements des milieux naturels (ex. acidification ou eutrophisation des milieux) engendrant un dommage sur une des trois aires de protection en ACV : i) la santé humaine, ii) la qualité des écosystèmes et iii) les ressources.
Les résultats des différentes méthodes d’évaluation des impacts du cycle de vie (EICV) convergent en montrant que les impacts des activités humaines sur l'utilisation des sols, le changement climatique et l'écotoxicité sont les principaux facteurs de perte de biodiversité (doi : 10.1007/s11367-023-02169-7). Cependant, un examen plus approfondi montre que leur contribution peut varier d'une méthode à l'autre, du fait d’une couverture différente en termes de flux environnementaux et de divergence dans la modélisation des mécanismes biophysiques, et la prise en compte de dynamiques spatio-temporelles.
Dans le cadre de la thèse, vous aurez pour objectifs de reconsidérer la manière dont sont quantifiés les dommages sur la qualité des écosystèmes en ACV en adoptant une approche de modélisation « inversée ». En considérant comme point de départ les travaux synthétisés par l’IPBES, classant les principaux facteurs de perte de biodiversité, il s’agira de revisiter la modélisation des dommages pour une meilleure représentation de la qualité des écosystèmes en ACV.
Vos travaux de thèse permettront d’analyser les convergences et divergences entre les méthodes EICV, et de proposer un cadre d’évaluation des dommages sur la qualité des écosystèmes cohérent avec les expertises de l’IPBES. Une attention particulière sera également portée aux aspects spatio-temporels et à l’illustration des travaux sur des cas pratiques.

Formations et compétences recherchées

Master/Ingénieur (Bac+5)

Formation recommandée : Ingénieur ou master en sciences de l’environnement ou agronomie
Connaissances souhaitées dans plusieurs domaines suivants : méthodes d’évaluation environnementale, ACV, écologie, manipulation de données et analyse statistique de base, outils de programmation (R, Python), Système d’Information Géographique (SIG)
 Aptitudes recherchées : organisation, autonomie, intérêt pour un travail interdisciplinaire
 Très bon niveau écrit et oral en anglais requis

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez (selon le type de contrat et sa durée) :

-  jusqu'à 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
- d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formation, conseil en orientation professionnelle ;
- d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
- de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
- d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Modalités pour postuler

J'envoie mon CV et ma lettre de motivation
Offre_These_ACV_TASE_Automne2024 (002).pdfpdf - 743.28 KB

Référence de l'offre

  • Contrat : Thèse
  • Durée : 36 mois
  • Début du contrat : 01/10/2024
  • Rémunération : 2 100 € brut mensuel (avec revalorisation progressive jusqu’à 2300€ brut en 2026, selon les dispositions de l’arrêté du 26/12/2022)
  • N° de l'offre : OT-21993
  • Date limite : 21/06/2024

Contact

Venir en France Notre guide des accueils internationaux

Consulter