Thèse OT-21992

THESE - Évaluer la durabilité environnementale absolue de trajectoires de bioéconomie territoriale dans une perspective de cycle de vie

34000 Montpellier

Retour à la liste des résultats

Présentation INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 272 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

Vous serez accueilli.e au sein de l’unité de recherche ITAP (unité commune INRAE - Institut Agro, Montpellier), dans les locaux de l’Institut Agro de Montpellier, sur le campus de la Gaillarde (10 minutes en vélo du centre-ville et de la gare), avec une possibilité de télétravail jusqu’à 3 jours par semaine.
La thèse sera co-encadrée par Eléonore Loiseau (UMR ITAP, INRAE) et Anthony Benoist (UPR BioWooEB, CIRAD).

Vous souhaitez contribuer à relever les défis posés par l’atteinte de neutralité carbone à horizon 2050, et de transition écologique ? Vous avez un goût prononcé pour la science, la production de connaissances, la recherche d’alternatives durables à nos modes de vie, et la volonté d’en tirer du sens pour la prise de décision éclairée ? Cette offre est pour vous !
Vous travaillerez dans le projet SLAM-B1 du PEPR FairCarboN, qui vise à structurer la communauté de recherche française qui développe et applique des approches de modélisation et évaluation intégrées pour soutenir le développement d’une bioéconomie durable.
Les stratégies de développement territorial basées sur la bioéconomie aspirent à transformer les filières de production et de transformation alimentaires et non alimentaires pour répondre aux besoins de nos sociétés. Reposant en grande partie sur l’usage des ressources naturelle, ces stratégies incluent l’agroécologie, l’optimisation de la valorisation de toutes les composantes des agro-ressources, l’action collective et le développement d’interdépendances vertueuses (ex. : économie circulaire, renforcement du lien urbain-rural). Face à la multiplicité d’actions et de projets de développement reposant sur la bioéconomie, des méthodes d’évaluation environnementale quantitatives sont requises pour prioriser les actions à mener et identifier les fausses bonnes idées.
L’Analyse de Cycle de Vie (ACV) offre un cadre d’évaluation reconnu et normalisé pour quantifier les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service selon une perspective cycle de vie (de l’extraction des matières premières à la gestion des déchets) et une approche multicritère. Initialement conçu pour évaluer des systèmes à des échelles « micro » (produit, procédé), le cadre méthodologique de l’ACV a été adapté pour quantifier l’éco-efficience de scénarios d’aménagement qui associe à chacun d’entre eux un bouquet de services rendus par le territoire (ex. emplois, productions agricoles), et un panel d’impacts environnementaux (ex. changement climatique, toxicité, eutrophisation) ouvrant la voie à l’éco-conception et à l’aide à la décision (doi.org/10.1016/j.jclepro.2017.12.169). Cette évolution de l’ACV, couramment appelée ACV territoriale, permet ainsi de comparer différentes trajectoires afin d’en identifier la ou les plus performantes, selon les indicateurs environnementaux considérés. Cependant, cette analyse relative ne dit rien de la capacité de ces trajectoires à rester dans les limites biophysiques des écosystèmes.
Dans le cadre de la thèse, vous aurez pour objectifs de proposer des développements méthodologiques permettant de quantifier les limites biophysiques des activités de production et de consommation associées à l’implantation de la bioéconomie sur un territoire. Ces limites, ou capacités de charge, peuvent être définies globalement (ex. la concentration de CO2 dans l’atmosphère à ne pas dépasser) ou localement (ex. le volume d’eau maximal disponible pour les activités humaines). Ces nouvelles métriques permettront d’aboutir à une évaluation absolue de la durabilité environnementale de trajectoires de bioéconomie territoriale. En plus
1 www.slamb.fr/
d’identifier les trajectoires les plus performances d’un point de vue environnementale, les travaux de thèse permettront de définir des trajectoires susceptibles de maintenir les conditions d’habitabilité de la Terre. Le coeur de la méthodologie reposera sur un couplage innovant entre ACV territoriale et le concept de limites planétaires. Les développements proposés seront mis en oeuvre sur un territoire d’étude afin d’évaluer leur applicabilité et leur intérêt pour l’aide à la décision.

PROJET SLAM-B
SLAM-B prendra en compte les différentes composantes de la bioéconomie notamment, la diversité des systèmes de production, des matières premières et produits finis, des bioraffineries, des boucles de recyclage, et des organisations de filières. SLAM-B vise à relever trois grands défis scientifiques : (i) développer des approches de modélisation génériques pour simuler les transitions bioéconomiques et anticiper leurs conséquences, (ii) démontrer la pertinence et la légitimité de ces approches via leur application au sein de 6 Living Labs à portée prospective et, (iii) produire des connaissances sur mesure pour les décideurs publics à l’échelle nationale et européenne. SLAM-B implique plus de 40 laboratoires sur toute la France, la personne recrutée sera ainsi au coeur d’une communauté dynamique sur les enjeux de bioéconomie, qui rassemble des chercheurs leaders de la recherche en bioéconomie en Europe et à l’international. La communauté SLAM-B se rencontre environ 2 fois par an en présentiel.

Formations et compétences recherchées

Master/Ingénieur (Bac+5)

 Formation recommandée : Ingénieur ou master en sciences de l’environnement ou agronomie
Connaissances souhaitées dans plusieurs domaines suivants : méthodes d’évaluation environnementale, ACV, manipulation de données et analyse statistique de base, outils de programmation (R, Python), Système d’Information Géographique (SIG), systèmes agricoles, génie des procédés
 Aptitudes recherchées : organisation, autonomie, intérêt pour un travail interdisciplinaire
 Très bon niveau écrit et oral en anglais requis

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez (selon le type de contrat et sa durée) :

-  jusqu'à 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
- d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formation, conseil en orientation professionnelle ;
- d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
- de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
- d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Modalités pour postuler

J'envoie mon CV et ma lettre de motivation
Offre_These_ACV_SLAMB_Automne2024.pdfpdf - 752.84 KB

Référence de l'offre

  • Contrat : Thèse
  • Durée : 36 mois
  • Début du contrat : 01/10/2024
  • Rémunération : 2 100 € brut mensuel (avec revalorisation progressive jusqu’à 2300€ brut en 2026, selon les dispositions de l’arrêté du 26/12/2022)
  • N° de l'offre : OT-21992
  • Date limite : 21/06/2024
Le centre Occitanie-Montpellier

UMR ITAP 34000 Montpellier Site web

Contact

Venir en France Notre guide des accueils internationaux

Consulter