Apprentissage OT-11698

Master 2 DYNEA

64310 Saint-Pée-Sur-Nivelle

Retour à la liste des résultats

Présentation INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

L’unité mixte de recherche Écologie comportementale et biologie des populations de poissons (ECOBIOP, UMR 1224) a été créée en 2003 et est sous la tutelle des départements ECODIV et AQUA d’INRAE. Elle est rattachée à l’UFR « Sciences et Techniques Côte Basque » de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). L’unité appartient à l’Aquapôle de Saint-Pée-sur-Nivelle (Centre INRAE de NA Bordeaux). Elle produit des connaissances à la fois fondamentales et appliquées pour une gestion plus durable des populations naturelles de poissons. Elle focalise ses travaux sur les poissons diadromes (saumon, truite, anguille, alose, etc.) qui sont des espèces grandes migratrices qui vivent alternativement en eau douce et en mer. Ce sont des éléments de la biodiversité remarquable menacés par l’action de l’homme et les changements globaux, tout en constituant une ressource exploitée. Pour mettre en oeuvre ses recherches l’UMR ECOBIOP s’appuie notamment sur l’ISC ECP, installation scientifique qui mets en œuvre diverses techniques et méthodes d’investigation : Physiologie, métabolisme et respirométrie, chronobiologie, sclérochronologie, vidéos comportementales, télémétrie, bio-logging, analyse d’image, analyses physico-chimique des milieux, etc…

Activités : Les activités du laboratoire de sclérochronologie de l'UMR constitueront la base de l’apprentissage qui sera axé sur des techniques de sclérochronologie au sens large (scalimétrie, otolithométrie, microchimie). Elles permettent de caractériser les histoires de vie individuelles des poissons appartenant aux diverses espèces et populations d’intérêt (truite commune et alose). Le sujet sera novateur puisqu’il vise à explorer et à développer des méthodes de sclérochronologie et de microchimie non létales pour le poisson, domaine encore peu exploré, notamment chez les salmonidés et les alosinés. L’apprentissage se déroulera autour des méthodes mises en œuvre en ichtyologie et biologie/dynamique des populations de poisson, il aura pour support la recherche de méthodologie d’utilisation de pièces calcifiées alternatives, notamment les rayons de nageoire et les écailles, pour d’une part réaliser des études de traits d’histoire de vie à partir de données microchimiques et pour, d’autre part, valider leur utilisation, sachant que leur extraction est peu invasive pour les poissons. En effet, l’otolithe, aujourd’hui principale pièce calcifiée utilisée pour les études microchimiques, nécessite l’euthanasie des individus pour son extraction de l’oreille interne. Plan d'échantillonnage : dans le cadre du stage et du projet interreg DiadES, on utilisera la composition des écailles pour rechercher l’origine natale de 2 espèces d’aloses (Alosa alosa et alosa fallax). Par ailleurs, dans le cadre du projet Salmevol, des échantillonnages de pièces calcifiées de truite commune ont été réalisés sur 12 populations des îles Kerguelen. Des analyses de ratios élémentaires, principalement Sr/Ca, Ba/Ca, Zn/Ca, Mn/Ca et Mg/Ca sur les 3 pièces calcifiées seront réalisées et comparées afin de déterminer le potentiel des pièces calcifiées non létales pour déterminer les histoires de vie (origine natale, migration, etc.)

Conditions de travail : l’apprenti(e) travaillera au laboratoire de sclérochronologie et utilisera principalement des loupes binoculaires et microscopes, une sorbonne, une scie de précision à fil diamantée, du petit matériel d’inclusion résine et de micro-ponçage ainsi que des logiciels d’imagerie et de statistique (R). Les chercheurs de l’UMR développent et s’appuient sur un laboratoire d’analyse de biologie moléculaire et une plateforme de modélisation/statistiques, l’apprenti(e) aura donc la possibilité d’échanger largement avec les scientifiques INRAE liés à ces 2 domaines. Selon la situation sanitaire, l’apprentissage pourrait impliquer des déplacements au laboratoire de l’IPREM (CNRS, PAU), accompagnés par le maître d’apprentissage, pour les analyses microchimiques (technique LA-ICP-MS). Lors des sessions d’analyse, l’apprenti(e) sera sensibilisé(e) à certaines techniques de chimie analytique et aux règles d’hygiène et sécurité et de gestion des risques de contamination dans ce type de laboratoire (salle blanche, protection oculaire, EPI, gestion des déchets, etc.). Durant son séjour à Ecobiop l’apprenti(e) sera formé(e) par le responsable Hygiène et sécurité de l’unité aux règles générales de travail en laboratoire de recherche et à la démarche OPPI (outils de management de la prévention sur le centre de Bordeaux). Le maître d’apprentissage veillera à former l’apprenti(e) aux règles d’hygiène et sécurité et aux pratiques « qualité » en vigueur au laboratoire de sclérochronologie.

Formations et compétences recherchées

Licence/Master (Bac+3/5)

Modalités pour postuler

J'envoie mon CV et ma lettre de motivation

Référence de l'offre

  • Contrat : Apprentissage
  • Durée : 1 an
  • Début du contrat : 01/09/2021
  • N° de l'offre : OT-11698
  • Date limite : 31/08/2021
Le centre Nouvelle-Aquitaine Bordeaux

UMR 1224 ECOBIOP Ecologie Comportementale et Biologie des Populations de Poissons 64310 Saint-Pée-Sur-Nivelle

Contact

Jean-Christophe AYMES
jean-christophe.aymes@inrae.fr