Thèse OT-11551

Impact du développement du tissu adipeux sur la myogenèse chez la truite

35000 Rennes

Retour à la liste des résultats

Présentation INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

Contexte socio-économique et scientifique : Le muscle, composé de tissus musculaire, adipeux et conjonctif (TM, TA, TC), détermine l’essentiel de la qualité de la chair par sa croissance, son organisation et sa composition. Cependant, les interactions (moléculaires, cellulaires) entre ces tissus au cours de leur croissance sont mal connues. Dans certaines pathologies humaines où chez des espèces de rentes, il est apparu que la modification de l’un des tissus pouvait impacter le développement d’un autre. Chez les bovins culards, le développement important du tissu musculaire s’accompagne d’une réduction du tissu adipeux intra-musculaire (Bonnet et al 2010). A l’inverse, certains cas d’obésité chez l'homme s’accompagnent d’une fonte musculaire (Lipina et al 2017). In vitro, chez l’homme et la souris, des co-cultures « myotubes/adipocytes » provenant de sujets obèses ont montré que les adipocytes viscéraux étaient plus aptes, par leur secrétome (cytokines notamment), à perturber les cellules musculaires que les adipocytes sous-cutanés. En réponse, le muscle produirait des quantités altérées de myokines affectant la fonction endocrine du TA viscéral (Pellegrini, 2015, Bonnet et al 2020). Ainsi, chez les mammifères, des interactions entre le développement du tissu adipeux et musculaire existent et sont finement régulées. Chez la truite, des données préliminaires obtenues chez des lignées divergentes pour leur teneur en tissu adipeux sous-cutané et intramusculaire (grasses vs. maigres, 7ème génération) montrent un nombre de fibres supérieur (+65%) chez la lignée maigre au stade portion (300g) (Lefèvre et al 2015, 2016, données non publiées). Néanmoins, à ce jour aucune donnée n'est disponible sur les interactions entre le tissu adipeux et le tissu musculaire chez la truite.

Hypothèses et questions scientifiques : Notre hypothèse de travail est que le développement important du tissu adipeux influencerait la taille et le nombre de fibres ainsi que la capacité myogénique des cellules souches musculaires en modifiant les interactions entre adipocytes et cellules souches musculaires (cellules satellites). Le programme de recherches proposé vise à déterminer l’impact d’un fort développement du tissu adipeux sur la myogenèse (hyperplasie et hypertrophie) chez la truite.

Principales étapes de la thèse et démarche :
1) Caractérisation du développement post-larvaire des tissus adipeux et musculaires chez les lignées grasses et maigres
Puisque notre équipe a montré que les truites (300g) de la lignée maigre avait des fibres avec un diamètre moyen plus faible (Lefèvre et al 2015), il s'agira de déterminer à partir de quel stade cette différence apparaît et si cette cinétique est associée à celle du développement du tissu adipeux. Pour cela, nous allons quantifier le tissu adipeux (sous-cutané et intra-musculaire) et le tissu musculaire (taille et nombre de fibres) chez des truites de 5g (présence de tissus adipeux détectable) jusqu'à 300g (différence de taille de fibres musculaires avérée). Cette quantification histologique du tissu adipeux se fera à l’aide du lipidTox. De plus, pour chaque stade, nous allons également mesurer par hybridation in situ (RNAscope), l’activité adipogénique (perilipine, Dlk1, …) et myogénique (Pax7, Myomaker).
2) Caractérisation des capacités myogéniques des cellules satellites des lignées grasses et maigres.
Pour déterminer si le potentiel myogénique des cellules satellites est différent chez les 2 lignées de truites, nous allons extraire ces cellules du muscle blanc de truite de 5g et 100g (à redéfinir en fonction des résultats de l'axe 1). Nous analyserons leur capacité de prolifération en quantifiant le taux de cellules ayant incorporé le BrdU pendant 24h, et leur différenciation par immunocytofluorescence (myogénine et myosine) (Gabillard et al 2010).
3) Caractérisation des interactions cellulaires entre adipocytes et cellules satellites
Il s’agira de déterminer à l’aide de co-culture, dans quelle mesure les adipocytes issus de poissons des lignées grasses et maigres, peuvent modifier la prolifération et/ou la différenciation des cellules satellites. 24H après ensemencement des cellules satellites, les adipocytes seront ajoutés et la co-culture sera poursuivit pendant 72h dans du milieu DMEM avec du sérum à 18°C. De plus, nous pourrons déterminer si les adipocytes intramusculaires, sous-cutanés et périviscéraux ont le même impact sur les cellules satellites.

Formations et compétences recherchées

Master/Ingénieur (Bac+5)

Le candidat sera amené à développer des approches de culture cellulaire (culture primaire, co-culture), d’histologie (immunocytofluorescence, analyse 3D) et de biologie moléculaire (qPCR, RNAscope). Le candidat sera également amené à réaliser l’ensemble des analyses statistiques nécessaires à l’analyse des résultats.

Le candidat devra avoir de solides connaissances et expériences en biologie cellulaire et tissulaire. De plus, le candidat devra avoir des bases en culture cellulaire et en statistiques (logiciel R)

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez (selon le type de contrat et sa durée) :

-  jusqu'à 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
- d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formation, conseil en orientation professionnelle ;
- d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
- de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
- d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Modalités pour postuler

J'envoie mon CV et ma lettre de motivation

Référence de l'offre

  • Contrat : Thèse
  • Durée : 3 ans
  • Début du contrat : 01/11/2021
  • Rémunération : 1875 euros
  • N° de l'offre : OT-11551
  • Date limite : 05/07/2021

Contact