Stage OT-10387

Position du silure glane dans le réseau trophique d’un lac méditerranéen et impact sur les espèces co-occurrentes.

13182 AIX-EN-PROVENCE

Retour à la liste des résultats

Présentation INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. INRAE se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

Les superprédateurs jouent un rôle clé dans les écosystèmes (Fretwell, 1987) et favorisent la biodiversité, notamment par effets cascade sur toute la chaîne trophique (Estes et al., 2011). Contrairement aux autres prédateurs de grande taille qui voient leurs effectifs s’effondrer, le silure glane est bien moins touché grâce notamment à sa popularité auprès des pêcheurs (Vejrik et al., 2017). Son écologie dans les nouveaux environnements dans lesquels il a été introduit requiert cependant encore des recherches pour mieux cerner les impacts de son introduction (Cucherousset et al., 2018).
Le réseau trophique d’un lac de région méditerranéenne hébergeant une population de silures a été échantillonné deux années consécutives par analyses des ratios d’isotopes stables de C et N (tissu de nageoire pour l’ichtyofaune) (DeNiro & Epstein, 1978; Deniro & Epstein, 1981; Vander Zanden et al., 1999). Ces données restituent une vision intégée dans le temps des flux d’énergie au sein du réseau (Cucherousset et al., 2007).

A partir de ces données, le travail consiste à :
-caractériser la niche trophique du silure au sein de ce réseau, en particulier en regard de celles des autres prédateurs présents (Layman et al., 2012);
-étudier ses variations selon les stades ontogéniques ;
-estimer la composition du régime alimentaire du silure.
Par ailleurs, des données de déplacement des silures à haute résolution spatio-temporelle sont également disponibles ainsi que des métriques élaborées telles que taille du domaine vital, distances parcourues. Si le temps le permet, ces métriques d’utilisation de l’espace pourront être mises en regard des métriques trophiques.

Formations et compétences recherchées

Licence/Master (Bac+3/5)

Analyse statistique de données (méthodes multivariées et modèles linéaires généralisés)
Ecologie aquatique. Des connaissances en écologie aquatique d’eau douce seront appréciables.
La connaissance du langage R est nécessaire.
Autonomie, rigueur.

Modalités pour postuler

J'envoie mon CV et ma lettre de motivation

Référence de l'offre

  • Contrat : Stage
  • Durée : 5-6 mois
  • Début du contrat : 02/02/2021
  • Rémunération : ~550 €/mois.
  • N° de l'offre : OT-10387
  • Date limite : 30/11/2020
Le centre Provence-Alpes-Côte d’Azur

UR1467 RECOVER Risques, Ecoystèmes, Vulnérabilité, Environnement, Résilience 13182 AIX-EN-PROVENCE

Contact