CONCOURS CR-2022-BAP-5

Chargé-e de recherche en biologie intégrative de la tolérance des plantes aux métaux

38000 GRENOBLE

Retour à la liste des postes de la campagne

Présentation d'INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’agriculture et du ministère en charge de la recherche. 

C'est un acteur majeur de la recherche et de l’innovation créé le 1er janvier 2020. Institut de recherche finalisé issu de la fusion entre l’Inra et Irstea, INRAE rassemble une communauté de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. 

L’institut se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal, et se classe 11ème mondial en écologie-environnement. Face à l’augmentation de la population, au changement climatique, à la raréfaction des ressources et au déclin de la biodiversité, INRAE construit des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

Vous rejoindrez le laboratoire de Physiologie Cellulaire & Végétale (LPCV, UMR1417) localisé sur le campus CEA du polygone scientifique de Grenoble. Le LPCV est composé de 10 équipes de recherche qui étudient la dynamique du fonctionnement des cellules végétales, du niveau moléculaire à la plante entière au cours de son développement dans des environnements fluctuants.
Vous serez affecté-e à l’équipe "Plantes, stress et métaux" qui a pour objectifs d’identifier et de caractériser les processus mis en œuvre par les plantes et les microalgues pour faire face à des stress d’origine métallique. Les travaux récents de l’équipe ont conduit à l’identification de systèmes de transport d’éléments toxiques, de protéines fixant ces métaux et à décrire leurs effets sur la croissance racinaire ou la dynamique des protéomes. Ces recherches se situent en amont de domaines applicatifs comme la phytoremédiation d’environnements pollués par les métaux lourds et la sécurité alimentaire vis-à-vis de ces éléments toxiques.
Vous aurez pour objectif de caractériser des mécanismes originaux de tolérance et d’accumulation de métaux chez les plantes. Pour cela vous mettrez en œuvre des approches intégratives alliant la physiologie des stress, la biologie cellulaire, la biologie moléculaire et la génétique d’association. Vous étudierez des métaux responsables de contaminations anthropiques d’environnements agricoles, urbains ou industriels, par exemple des pollutions multi-élémentaires pour lesquelles les connaissances sont actuellement très limitées. Vos études seront conduites sur la plante modèle Arabidopsis thaliana et sur des espèces (hyper)tolérantes à certains métaux afin d’identifier des mécanismes évolutifs originaux liés à la gestion des stress métalliques. Vous bénéficierez de l’expertise de l’équipe d’accueil dans l’étude des stress métalliques et de l’environnement du laboratoire et du polygone scientifique de Grenoble (imagerie, biologie structurale...). Vos travaux vous conduiront à caractériser finement les réseaux de gènes ainsi que les processus cellulaires et moléculaires qui lient l’accumulation des métaux toxiques aux perturbations de l’homéostasie cellulaire (ionique, métabolique, énergétique...), de la signalisation cellulaire et du développement des plantes.
A terme, votre projet intégrera des aspects de recherche translationnelle pour des applications de bioremédiation (phytomanagement de sols agricoles, urbains ou industriels) à partir des espèces (hyper)tolérantes étudiées et/ou en utilisant des plantes de service, par exemple Camelina sativa. Vous serez en charge de la mise en place des collaborations nécessaires à la mise en œuvre des essais de phytoremédiation.

Formations et compétences recherchées

Doctorat

Concours ouvert aux candidats titulaires d’un doctorat (ou équivalent).
Les candidats devront justifier d’une formation et de solides compétences en physiologie moléculaire, génomique fonctionnelle et/ou biologie cellulaire végétale. De bonnes connaissances théoriques et pratiques du modèle Arabidopsis thaliana sont souhaitées afin d’exploiter au mieux les outils disponibles pour les approches omiques, la génétique d’association ou l’édition des génomes.
Une expérience en biologie des stress chez les plantes est fortement souhaitée.
Les candidats devront faire preuve de bonnes capacités de communication pour établir les collaborations nécessaires au développement des aspects de biologie translationnelle.
La maitrise de l'anglais est souhaitée ainsi qu'une expérience internationale de longue durée : les lauréats qui n'en auraient pas encore eu devront réaliser un séjour à l'étranger à l’issue de l’année de stage.

Votre équipe d'accueil en vidéo

Vous souhaitez passer un concours pour devenir chercheur ou chercheuse, mais vous hésitez ?
Vous voulez en savoir plus sur INRAE, votre équipe d’accueil et les missions qui vous seront confiées ?

Consulter notre vidéo (en langue anglaise) :

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez :

- de 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formationconseil en orientation professionnelle ;
d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Référence de l'offre

  • N° profil : CR-2022-BAP-5
  • Corps : CRCN
  • Catégorie : A
  • Numéro du concours : 2
Venir en France Notre guide des accueils internationaux

Consulter

En savoir plus