CONCOURS CR-2021-ECODIV-5

Chargé-e de recherche en écologie de l'interaction ongulés sauvages - agents pathogènes  

31320 CASTANET TOLOSAN

Retour à la liste des postes de la campagne

Présentation d'INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’agriculture et du ministère en charge de la recherche. 

C'est un acteur majeur de la recherche et de l’innovation créé le 1er janvier 2020. Institut de recherche finalisé issu de la fusion entre l’Inra et Irstea, INRAE rassemble une communauté de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. 

L’institut se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal, et se classe 11ème mondial en écologie-environnement. Face à l’augmentation de la population, au changement climatique, à la raréfaction des ressources et au déclin de la biodiversité, INRAE construit des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

L'unité CEFS (Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage) travaille en écologie comportementale des grands ongulés sauvages qui sont des acteurs forts de l’interface faune sauvage-animaux domestiques-homme. Des chercheurs spécialisés dans l’écologie du mouvement, la démographie et l’écophysiologie du stress étudient comment les traits d’histoire de vie de ces grands ongulés sauvages varient en fonction de l’environnement et des caractéristiques individuelles intrinsèques des animaux. Leurs recherches visent à prédire l’impact des changements climatiques et de l’hétérogénéité spatiale du paysage sur la dynamique des populations d’ongulés. L’unité CEFS a des collaborations déjà bien établies au niveau local (ENVT, IHAP, UMR Genphyse, UMR Dynafor), national (écoles vétérinaires, OFB, unités en santé animale INRAE et ANSES, IRD et CNRS) et international (réseau EURODEER) pour construire des projets combinant éco-épidémiologie et écologie comportementale en lien avec les enjeux sanitaires actuels.
La faune sauvage est impliquée dans la circulation de nombreux vecteurs et agents pathogènes à risque pour l’homme et les animaux domestiques, avec des effets très contrastés (réservoir, amplification, dilution…) selon le système hôte-pathogène étudié et selon les conditions environnementales. Dans un contexte de changement climatique, on observe ainsi une augmentation des risques zoonotiques impliquant la faune sauvage du fait de modifications de la distribution, des traits d’histoire de vie et de la physiologie des hôtes-réservoirs, des agents pathogènes et de leurs vecteurs (e.g. maladie de Lyme).
Dans ce contexte, utiliser certaines espèces de la faune sauvage comme bio-sentinelles permettrait d’étudier l’écologie d’un agent pathogène, de suivre la dynamique des risques associés à sa présence et sa dispersion et d’informer les agences de santé publique et les responsables de politiques publiques. Les ongulés sauvages sont de bons candidats pour être des bio-sentinelles car ils sont abondants, relativement faciles à échantillonner par la chasse, exposés à de nombreux vecteurs et agents pathogènes, et en contact avec les activités humaines (élevage, agriculture, loisir). Il reste à évaluer ce potentiel en étudiant i) le rôle des ongulés sauvages dans la circulation des maladies dans les populations d’élevage et dans les populations humaines, ceci en environnement changeant et ii) la variabilité interindividuelle de la réponse aux infections des grands ongulés (immunité, comportement, performance) qui peut compliquer l’interprétation des résultats de la surveillance.
Vous étudierez comment les ongulés sauvages répondent à l’augmentation globale de certains agents pathogènes et vecteurs et comment cette réponse de la faune sauvage, dans des paysages plus ou moins anthropisés, peut impacter les niveaux de risque pour l’homme et les animaux domestiques. Dans un premier temps, les travaux porteront sur le chevreuil grâce au suivi à long terme mené par le CEFS sur la zone Atelier PyGar et à l’élevage expérimental suivi depuis plusieurs années par l’Unité . Sur la zone PyGar, vous bénéficierez d'une base de données unique alimentée chaque année (>500 chevreuils suivis pour leur comportement spatial, personalité, physiologie, génotype immunitaire, charge en pathogènes). Grâce à une approche individu centré de la relation hôte – parasite suivie le long de gradients environnementaux, vous étudierez quelles tactiques antiparasitaires en lien avec ces phénotypes peuvent être identifiées. D’un point de vue finalisé, la variabilité individuelle observée permettra de mieux expliquer la propagation des agents pathogènes (e.g. individu superdisperseur) et de préciser le potentiel de bio-sentinelle du chevreuil. L’observatoire sous forme de petits enclos mis en place dans un mini-écosystème boisé, vous permettra d’étudier plus précisément les interactions chevreuils-vecteurs-parasites (facteurs d’exposition, défenses immunitaires et dynamique des infections).

Formations et compétences recherchées

Doctorat ou équivalent

Concours ouvert aux candidats titulaires d'un doctorat ou équivalent.
Une spécialisation en écologie des communautés, écologie évolutive, ou éco-épidémiologie est souhaitée. Des compétences en sciences vétérinaires ou sur les interactions hôte-parasites ou en éco-immunologie sont appréciées.
La maîtrise de l'anglais est souhaitée ainsi qu'une expérience internationale de longue durée. Les lauréats qui n’auraient pas encore eu d’expérience postdoctorale devront réaliser un séjour, de préférence à l’étranger, à l’issue de l’année de stage.

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez :

- de 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formationconseil en orientation professionnelle ;
d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Référence de l'offre

  • N° profil : CR-2021-ECODIV-5
  • Corps : CRCN
  • Catégorie : A
  • Numéro du concours : 16

En savoir plus