CONCOURS CR-2021-BAP-6

Chargé-e de recherche en variabilité génétique des métabolites du pommier pour explorer le compromis ‘multirésistance aux bioagresseurs/croissance’

49070 BEAUCOUZE

Retour à la liste des postes de la campagne

Présentation d'INRAE

L’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) est un établissement public de recherche placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’agriculture et du ministère en charge de la recherche. 

C'est un acteur majeur de la recherche et de l’innovation créé le 1er janvier 2020. Institut de recherche finalisé issu de la fusion entre l’Inra et Irstea, INRAE rassemble une communauté de 12 000 personnes, avec 268 unités de recherche, de service et expérimentales, implantées dans 18 centres sur toute la France. 

L’institut se positionne parmi les tout premiers leaders mondiaux en sciences agricoles et alimentaires, en sciences du végétal et de l’animal, et se classe 11ème mondial en écologie-environnement. Face à l’augmentation de la population, au changement climatique, à la raréfaction des ressources et au déclin de la biodiversité, INRAE construit des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des ressources et des écosystèmes.

Environnement de travail, missions et activités

L’Unité Mixte de recherche (UMR) IRHS (Institut de Recherche en Horticulture et Semences) mène des recherches sur les espèces spécialisées et les semences pour œuvrer au développement de systèmes de production performants, sains et durables. Il rassemble des généticiens/génomiciens, phytopathologistes, (éco)physiologistes, biochimistes, modélisateurs, bioinformaticiens et biophysiciens appartenant aux tutelles INRAE, Institut Agro et Université d’Angers.
L’équipe ResPom (Résistance du pommier-poirier aux bioagresseurs ; 12 scientifiques en génétique et pathologie végétale) travaille sur la résistance du pommier et poirier aux bioagresseurs par lutte génétique et élicitation des défenses par stimulateurs exogènes (SDP) en cherchant à élucider les bases génétiques et moléculaires des mécanismes de résistance mis en jeu. Ces recherches fondamentales alimentent directement des programmes plus appliqués (création de variétés résistantes, conduite du verger). En particulier, nous cherchons à mobiliser de manière optimale l'immunité du pommier en combinant gènes/QTLs de résistance, action des SDP, gestion de l’azote et génie génétique, dans une optique de résistance multi-bioagresseurs (tavelure, feu bactérien, puceron cendré, chancre …) en situation de faibles intrants phytosanitaires. Un enjeu scientifique majeur pour nous est d'identifier les défenses avals effectivement impliquées dans l'immunité végétale à large spectre (‘effecteurs’ de résistance) et d'évaluer leur éventuel coût métabolique pour la plante.
Votre mission sera d'explorer la variabilité génétique des métabolites primaires et secondaires du pommier, à l'état basal et après induction (bioagresseurs et/ou SDP) de façon à (i) rechercher ces effecteurs parmi l’ensemble des défenses déployées par la plante, et (ii) évaluer leur impact potentiel sur la productivité et la qualité des fruits. Pour ce faire, vous combinerez l’utilisation des outils de métabolomique, génétique quantitative, voire génétique/génomique fonctionnelle, pour analyser les collections de ressource génétique et descendances disponibles et déjà phéno-génotypées. Vous contribuerez ainsi à terme à élaborer des « idéotypes métaboliques » visant un compromis entre mobilisation des défenses par la génétique et/ou les SDPs et qualité/productivité en verger. Vous bénéficierez de la montée en puissance de la métabolomique-fluxomique à l'IRHS, de la plateforme "Corsaire" de Biogenouest, et de la dynamique du projet ‘Cap 0 Phyto’ récemment accepté dans le cadre du PPR-ANR ‘Cultiver et protéger autrement’. Les liens entre métabolisme secondaire, biocontrôle et génétique seront abordés en concertation avec les autres équipes du département Biologie et amélioration des Plantes (BAP) travaillant sur ce thème.

Formations et compétences recherchées

Doctorat ou équivalent

Concours ouvert aux candidats titulaires d'un doctorat ou équivalent.
Vous devrez avoir de bonnes bases à la fois en physiologie et génétique des plantes et justifier de très bonnes compétences en métabolisme de défenses (interactions hôte-pathogène). Une expérience en génétique quantitative des plantes est fortement souhaitée. Vous devrez maitriser les outils de base en statistiques et bioinformatique et pouvoir travailler avec de très grands jeux de données.
Vous devrez disposer d'une maîtrise de l'anglais oral et écrit permettant d'évoluer dans un environnement international. Une expérience internationale de longue durée est souhaitée : les lauréats qui n'en auraient pas encore eu devront réaliser un séjour a? l'étranger a? l’issue de l’année de stage.

Votre qualité de vie à INRAE

En rejoignant INRAE, vous bénéficiez :

- de 30 jours de congés + 15 RTT par an (pour un temps plein)
d'un soutien à la parentalité : CESU garde d'enfants, prestations pour les loisirs ;
- de dispositifs de développement des compétences : formationconseil en orientation professionnelle ;
d'un accompagnement social : conseil et écoute, aides et prêts sociaux ;
de prestations vacances et loisirs : chèque-vacances, hébergements à tarif préférentiel ;
d'activités sportives et culturelles ;
- d'une restauration collective.

Référence de l'offre

  • N° profil : CR-2021-BAP-6
  • Corps : CRCN
  • Catégorie : A
  • Numéro du concours : 14

En savoir plus